Cuba, en immersion à La Havane.

∞ Voyage à Cuba du 23 juillet au 8 août 2018 ∞

LA HAVANE

Carole-H-LaHavaneP7015

Une rue colorée de La Havane…

 

 

Un voyage hors du temps… C’est un peu ce que tout voyageur recherche. Cuba est cette île, elle qui semble figée dans une autre époque. Ce périple en terre cubaine a débuté à La Havane. Une ville changeante et colorée, chaleureuse et polluée, souvent en ruine et pourtant fabuleuse.

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

 

Un petit peu d’histoire…

« L’homme n’a jamais contemplé terre plus belle. » Il y a 526 ans Christophe Colomb découvrait Cuba et s’exclamait  devant tant de beauté cette phrase qui ne s’est jamais démentie. La Havane est fondée en 1519 par les conquistadors espagnols, elle devient  capitale en 1605. Par la diversité de son architecture elle montre plusieurs visages. La vieille Havane, Espagnole, avec ses forteresses et ses palais coloniaux néo-classique, ce quartier est classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 1982. Américaine, dans le Vedado, avec ses constructions des années 20. Et enfin Révolutionnaire dans le nouveau Vedado, des barres d’immeubles strictes et grises et sa place de la révolution aux proportions démesurées où l’image du Che et de Fidel Castro sont affichées en symboles d’une idéologie aujourd’hui en perdition. Une part importante du nouveau visage de la ville est modelée par les Américains qui investissent l’île au début des années 20, ils l’a façonnent à leur image, construisent des hôtels et des immeubles, des autoroutes à 3 voies desservant une grande partie du territoire, avec l’intention non cachée de faire de Cuba leur 52ième état. Le revers de la médaille sera la mafia américaine qui gangrènera tout le système politique en place avec le président Batista leur tout premier complice. Très vite l’île, mais surtout La Havane devient un immense lupanar avec son lot de délinquance, de traffic en tout genre, drogue et prostitution. Le peuple finira par se soulever sous la houlette de Fidel Castro et son lieutenant Che Guevara. Fin des années cinquante les américains fuient laissant tout sur place. S’ensuivront des massacres, les premiers visés furent les nantis qui s’étaient enrichis sous l’ancien régime, ensuite les politiques hostiles à cette prise du pouvoir par la force et enfin toute personne osant libérer une parole critique au nouveau régime.

  • 146, c’est le nombre de personnes fusillées lors de l’épuration mise en place à partir de 1960 et organisée par le Che.
  • 631 personnes seront condamnés à mort.
  • 70 000 personnes seront faits prisonniers politiques.
  • À l’heure actuelle environ 300 personnes sont encore prisonnières du fait de leurs idées politiques .
  • 1,7 millions d’exilés cubains vivent aujourd’hui aux États-Unis.

« Le socialisme ou la mort »,  pour Fidel Castro le temps du culte de sa personne et l’implacable lavage de cerveau de tout un peuple pouvait commencer. Un pays venait de se couper du monde libre, il survivra grâce à l’URSS qui restera jusqu’à la chute du bloc soviétique leur plus grand donateur.

Aujourd’hui le régime communiste s’est assoupli, on ne ressent pas que nous sommes dans un pays au régime totalitaire. C’est surtout la population qui subit et qui vit pour la plupart dans une extrême précarité. Les conditions de logement sont dantesques et périlleuses. Les bâtiments n’ont jamais été entretenus et ils menacent de s’effondrer. Se procurer les denrées de base est très difficile, embargo oblige. Les mieux lotis sont les cubains vivant dans les campagnes, ils peuvent au moins se nourrir plus facilement grâce à la culture des champs et à l’élevage. Alors oui à La Havane on est souvent interpellé dans la rue pour acheter des cigares ou du rhum entre autre chose, c’est la course aux CUC ( la monnaie imposée aux touristes 1 CUC = 1 euro ) parce qu’avec le peso cubain la population ne peut se procurer les produits importés, exemples : savon, téléphones ou même des oranges. Les cubains sont gentils et accueillants, jamais nous ne nous sommes sentis en insécurité, ils veulent juste profiter de la manne qui s’offre à eux… L’argent des touristes. Autre fait à reconnaitre, à La Havane la pollution est suffocante, certainement due aux véhicules qui circulent, des Lada russes et des camions hors d’âge ou de vieilles voitures américaines certes rutilantes mais qui dégazent des nuages noirs irrespirables. En somme l’île est en pleine mutation, les capitaux étrangers sont de retours, un vaste programme de réhabilitation des immeubles est mis en place. Des hôtels immenses sont en construction un peu partout et les paquebots mouillent à nouveau dans le port, le tourisme de masse est en pleine expansion… En combien de temps Cuba perdra de son charme si unique ? Mon conseil : Ne tardez pas à aller à sa rencontre, ce pays est encore authentique cela ne saurait durer.

 

Carole-H-LaHavaneP6232

Le capitole vu de la place José Marti

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

 

En ce lundi 23 juillet il est 20h30 et après 10 heures de vol c’est un peu fatigués que tous les quatre nous déposons nos valises à L’hôtel Sevilla en plein coeur de La Havane. Il est situé à quelques mètres du Prado l’avenue principale de la ville, à deux pas de la place José Marti et du théâtre. Un palace quatre étoiles en norme européenne mais plutôt trois étoiles. Il vaut surtout le détour pour son hall aux mosaïques chatoyantes et son patio très réputé d’où l’on peut siroter un daïquiri tranquillement installés dans des fauteuils en teck et apprécier la si belle musique cubaine d’un des innombrables groupes qui se produisent dans la journée, ou en soirée. Je vous conseille la carte du snack-bar, nous y avons déjeuné et diné avant notre départ, c’est vraiment bon et pas trop cher par contre l’attente peut être assez longue… Mais nous sommes dans les Caraïbes, doucement le matin, tranquillement le midi et pas trop vite le soir ! En ce qui concerne les chambres c’est une autre histoire que je vous propose de découvrir en cliquant sur le lien ci-dessous :

Hôtel Mercure-Sevilla**** La Havane, Cuba

Et juste pour le plaisir, voici quelques secondes de musique…

 

 

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

 

Première journée en immersion… Après une bonne nuit de sommeil et un petit déjeuner copieux nous voici prêts à découvrir La Havane. En sortant de l’hôtel nos pas nous mènent vers l’artère principale de la ville, Le Prado, une longue avenue qui traverse de part en part la cité. Nous atteignons en quelques minutes la très belle place José Marti entourée de superbes bâtiments, ( Partout à Cuba des statues, des monuments et des rues portent le nom de José Marti, ici c’est une idole, il est le fondateur du parti révolutionnaire cubain, il est considéré comme l’apôtre de la lutte pour l’indépendance, il est né en 1853 et est mort au combat en 1895 ).  Nous apercevons le Capitole et très vite nous nous rendons compte que cette place est le lieu des vendeurs de « Tours de la ville » ! Que ce soit en Coco Taxi, en vieilles américaines ou en calèches, de nombreuses personnes nous assaillent avec tous l’insistance de vous vendre la meilleure prestation. Nous nous laissons convaincre par Ricardo parlant un français excellent et surtout par sa discrétion par rapport aux autres « guides ». Nous nous installons dans une calèche, il fait 40° alors parcourir la vieille Havane bien installés à l’ombre est en fait une excellente idée !.

 

Carole_H_LaHavaneP6288.jpg

Balade en calèche et Ricardo sous son grand chapeau…

 

Nous avons beaucoup aimé parcourir la vieille ville en calèche, on prend le temps de s’arrêter et le sons des sabots sur la route donne un côté suranné qui correspond bien à La Havane. Pour un tour d’une heure environ : 20 CUC. Nous quittons notre attelage et partons cette fois ci à pied, arpenter les rues animées et se perdre dans l’ambiance si typique de « Old Havana »…

 

 

 

La 1ère forteresse de La Havane aujourd’hui transformée en commissariat, Construite en 1538 afin de tenir éloigné les pirates et la place la longeant où se garent les fameuses vieilles américaines aujourd’hui transformées en taxis.

 

 

 

 

la place de la cathédrale et son église San Cristobal datant de 1777 entièrement construite en coraux. Imaginez le travail de forçat de ses hommes qui devait plonger pour extraire le corail de la mer. Plongée dans une autre époque…

 

 

 

 

L’ancienne place d’armes et sa statue de Céspedes ( instigateur de la 1ère guerre d’indépendance en 1868 )   entourée de beaux bâtiments de style baroque. Insolite : la rue devant le musée de la Ciudad est en bois…

 

 

 

 

Les rues animées de la vieille ville où nous avons déjeuné dans un délicieux « paladar », conseillé par Ricardo qui nous a accompagné tout le long de cette superbe matinée et que nous avons invité à partager notre repas. Nous n’aurions jamais eu l’idée d’aller déjeuner dans ce minuscule restaurant bien caché dans une petite cour. Malheureusement nous n’avons pas noté son nom et c’est dommage parce que c’est le meilleur repas que nous avons fait du séjour ! J’ai juste quelques photos de la cour et le nom de la rue adjacente : La calle Obispo. Si vous le trouvez ne pas hésiter à pousser la porte. Accueil chaleureux , nourriture excellente et pas très cher, Langouste parfaitement cuisinée, poisson frais, banane plantain frite, poulet et son riz noir ( riz + haricots noirs typique de Cuba )… Un régal !

 

Petite précision : Il existe deux sortes de restaurants à Cuba, les paladares sont des restaurants privés et les restaurants d’état qui sont généralement de bien moins bonne qualité et surtout beaucoup plus chers. Honnêtement ce n’est pas de Cuba que je ramènerai mes meilleurs souvenirs culinaires. C’est assez répétitif dû à la pénurie des denrées qui est problématique pour les cubains.

 

 

 

Après ce copieux déjeuner il est l’heure de partir récupérer notre voiture de location, nous devons nous rendre à l’autre bout de la ville, nous décidons d’y aller en vieille américaine. Emblèmes de La Havane, elles sont des milliers à circuler rutilantes et aux couleurs chatoyantes. C’est un peu comme prendre le temps de faire un tour en gondole à Venise ! C’est incontournable, nous n’avons pas résisté à l’envie de monter dans un de ces véhicules mythiques. Pique et pique et colégram…. Nous choisissons une Chevrolet Bel air 1954, bleu ciel, une merveille d’automobile. Que vous soyez 2 ou 5 il vous en coutera 40 CUC pour une balade d’1 heure. C’est parti pour une virée au son de la salsa, direction la place de la révolution !

 

 

 

 

Nous nous arrêtons un bon moment dans le parc Almendares, un noyau verdoyant en plein coeur de la ville… Dépaysement garanti !

 

 

 

 

Notre chauffeur nous dépose à l’hôtel Oasis lieu où nous sommes censés prendre notre van, le temps est passé trop vite, on serait bien resté plus longtemps à bord de notre Chevrolet ! L’anecdote du jour… Déjà pas de réception de l’agence de location, au bout d’une demi heure d’attente, le manager arrive et me dit ne pas avoir de réservation à notre nom. Je blêmis… Dans mon espagnol approximatif j’arrive à comprendre qu’il doit repartir et vérifier sur son ordinateur… Attente de 3/4 heure ! Le revoici avec une bonne nouvelle, oui notre van est prêt mais il nous faut retraverser la ville pour en prendre possession !! Après une longue négociation en anglais cette fois ci, je parviens à lui faire accepter qu’il se charge de nous déposer à l’agence où se trouve notre véhicule. Il repart et au bout d’une demi heure notre van arrive, nous nous installons dans ce qui est notre véhicule mais il faut faire 1/2 heure de trajet pour aller remplir les papiers !! Conclusion : À Cuba la location des voitures s’avère très compliquée, Le parc automobile est très restreint, je vous conseille de réserver longtemps à l’avance votre voiture parce que une fois sur place vous ne trouverez aucun véhicule à louer. Nous avons vécu pas mal d’aventures avec notre van, pneu dégonflé puis crevé à cause de l’état des routes qui est parfois catastrophique ! Ici ce ne sont pas des nids de poules, ce sont des nids de dinosaures !! Sachez également qu’il vaut mieux éviter de rouler la nuit, très peu de panneaux de signalisations et il est aléatoire de se déplacer si l’on veut éviter de tomber dans les fameux trous.

 

Les yeux en l’air ou par terre, c’est mon côté un peu rêveur qui parfois me fait découvrir des choses que les autres ne voit pas. Voici un petit peu d’art de rue, une fresque en haut d’un bâtiment et de la céramique en guise de pavés…

 

 

 

 

Nous rentrons à l’hôtel en toute fin d’après midi. Nous profitons de la piscine et allongés sur nos transats en sirotant un mojito, nous nous délectons de nous trouver là, au coeur d’une ville magnifique, si bouillonnante  et chargée d’histoire… Sublime Habana.

 

Carole-H-LaHavaneP6353.jpg

La vue depuis mon transat à l’hôtel Sevilla, parenthèse détente…

 

 

Nous passons notre deuxième matinée à la découverte du Malecón, le front de mer de la ville long de neuf kilomètres et du quartier du Vedado. Une autre facette de la ville, face à l’océan, le Malecón et ses gigantesque bâtiments jouxtent des maisons particulières à l’abandon pour la plupart. Les embruns et le vent donnent une atmosphère tellement différente du centre ville… Un autre visage de La Havane.

 

 

 

 

Encore quelques photos… Toujours le long du Malecón.

 

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Hasta luego La Havane,  notre prochaine destination nous attends ! Nous n’oublierons jamais cette ville extraordinaire dans le vrai sens du terme. Entre grandeur d’un passé lointain et colorée comme est le coeur des habitants de La Havane. Dès qu’on la quitte on pénètre dans un tout autre univers. Verdoyant et quasi désert, nous empruntons l’autoroute A2 vers la vallée de Viñales en passant par Soroa. Je vous promets une cascade perdue en forêt tropicale, un panorama exceptionnel lors d’une randonnée mémorable et la découverte des mogotes de Viñales, le plus bel endroit que nous ayons vu lors de ce merveilleux voyage.

À suivre…

IMGP6371

Petit aperçu du prochain article…

 

 

 

 

  2 comments for “Cuba, en immersion à La Havane.

  1. 4 octobre 2018 à 11:08

    Très intéressant ! J’espère aller à Cuba l’été prochain, merci pour tes articles 😊

    J'aime

    • 5 octobre 2018 à 15:46

      Merci infiniment, ce fut un très beau voyage… Bon week-end 😊

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :