La Turquie, de Bodrum à Pamukkalé…

IMGP3205

Pamukkalé ou le château de coton

Vous vous souvenez peut-être de la publicité du Loto où un personnage faisait tourner une mappe monde et s’arrêtait sur un pays au hasard ? « C’est le jeu, ma pauv’ Lucette ! »… Et bien c’est un peu comme cela que nous avons choisi notre séjour en Turquie.

Cette année là je n’étais pas très inspirée, c’était la première fois que nous ne partions pas en location de vacances en France. Nous venions de passer cinq superbes étés à la Cadière d’Azur juste à coté de Bandol et nous avions envie d’autre chose… Des vacances sans « logistique » se laisser porter par une formule « tout compris » un club francophone pour notre petit dernier… Bref un séjour tranquille ! Après plusieurs semaines de réflexion et de recherche sur le web, j’ai poussé la porte de l’agence de mon amie Florence et nous avons cherché… Evidement trouver un endroit libre en réservant début juin ce ne fut pas une mince affaire. La Turquie s’est imposée par ses places encore disponibles et le très bon rapport qualité-prix pratiqué par ce pays.

Bon, le choix du Bodrum Park Resort à une trentaines de kilomètres de Bodrum s’est avéré plus qu’hasardeux ! Hormis le côté pitoyable de l’accueil d’un hôtel à 99 % de clientèle Turque, de sa propreté plus que discutable, et surtout d’un personnel toujours à la limite de la grossièreté sinon graveleux, ce resort est situé dans une superbe crique à l’abri du vent. Les infrastructures sont très jolies, des petits bâtiments en pierre sèche, un dénivelé très important ( beaucoup d’escaliers et des pentes très raides ) qui donne donne une vue exceptionnelle sur la petite baie. Je ne vais donc pas m’étendre sur l’hôtel, je ne vous conseille absolument pas d’y séjourner. Par contre la Turquie, pour ce que nous en avons vu est un très beau pays. Nous avons gardé en mémoire l’impressionnante cité antique d’Éphèse ainsi que la renversante curiosité naturelle de Pamukkalé. Et bien sur Bodrum la cité qui se révèle la nuit tombée…

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Nous sommes donc partis tous les cinq le 22 juillet 2014 au départ d’Orly pour quinze jours. Décollage matinal à 4h30, après environ 3h30 de vol, nous sautons dans un car qui nous emmène vers notre hôtel, un transfert d’une heure. Les vacances commencent ! Comme à notre habitude nous passons les premiers jours à nous reposer… Notre petit dernier passait le plus clair de son temps aux toboggans aquatiques avec le mini club Jet Tours, quant à nous et nos filles, plage, baignade, lecture, sieste, le tout sans se préoccuper de faire les courses, préparer à manger et faire le ménage… C’est en Turquie que nous avons découvert que ce mode de vacances nous convenait aussi pour les vacances d’été !

Voici quelques photos de l’hôtel et de la crique au petit matin…

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

 

Quelques jours plus tard… Nous décidons de prendre la navette qui toutes les heures passe pour nous déposer dans le centre ville de Bodrum. C’est une jolie cité entourée de collines arides. Elle attire une partie de la bonne société Turque et les touristes y viennent par milliers en haute saison. On la surnomme d’ailleurs « Le Saint-Tropez de Turquie » ! C’est une ville vivante, chaleureuse, noire de monde mais accueillante. Bodrum vit aussi bien le jour que la nuit lorsque les bateaux quittent le port avec à leurs bords des centaines de jeunes venus du monde entier faire la fête !

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

 

La simplicité de déplacement par le réseau de cars fait que nous avons visité les alentours de Bodrum avec facilité. Nous allons donc voir l’amphithéâtre antique de Halikarnasse son autre nom dans les temps anciens. Ce sont les Grecs qui édifièrent et dominèrent la cité en 1101 av J-C, avant de passer sous l’égide de l’empire Achéménide ( les Perses ). Hérodote l’historien et géographe grec y est né. Mais c’est par Alexandre le Grand en 334 av J-C qui lors de sa conquête de l’empire Perse, assiégea la ville et finit par la brûler. Il ne reste que peu de vestiges archéologiques, les tremblements de terre ont achevé, en partie, la destruction qu’Alexandre avait entreprit.

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

 

Nous continuons notre découverte de Bodrum par le château Saint-Pierre qui domine de toute sa splendeur l’entrée du port. Il a été édifié en 1402 par les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem ( des moines soignant les croisés et les pèlerins ) Il fut cédé au Sultan Soliman Le Magnifique en 1522. Sous la coupe des Ottomans le village de Halikarnasse se développa de manière exceptionnelle grâce, entre autre, au commerce des éponges. Il abrite aujourd’hui le musée d’archéologie sous-marine. Une très belle visite…

IMGP3448

Le Château Saint-Pierre vue de la baie

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

 

Je vous emmène maintenant voir les deux merveilles que nous avons eu le privilège de découvrir. Il s’agit de la cité antique d’Éphèse et de l’incroyable Pamukkalé. Nous avons quitté l’hôtel pour deux journées par le biais du réceptif Jet Tours qui proposait ces visites. Nous étions tous les cinq particulièrement heureux de pouvoir nous évader du Bodrum Park Resort et surtout impatients de voir ces deux lieux d’exceptions. Il faut environ 2h30 pour atteindre la ville de Selçuk où se trouve le site archéologique d’Éphèse, puis pour atteindre Pamukkalé il nous faudra 2h30 de route soit environ 190 km.

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Voici deux endroits totalement différents. L’un est un trésor archéologique et l’autre une curiosité comme seule la terre peut nous l’offrir. Je pense que c’est pour ça que j’aime autant les voyages, au delà de l’exotisme et du dépaysement, c’est la découverte de tels chefs d’oeuvre qui m’éblouissent et me font vouloir découvrir, voir et apprendre plus, encore et encore…

IMGP3117

La bibliothèque de Celsius sur le site d’Ephèse

 

IMGP3189

Pamukkalé, le château de coton

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Éphèse… Est une ancienne cité Grecque fondée 1000 ans avant notre ère. Placée sous la protection de la déesse Artémis ( elle protégeait les chemins et les ports ) elle fût de son temps flamboyante et l’une des villes les plus influentes du monde Romain. La puissance de son économie et sa renommée venait de son port mais c’est également par lui qu’elle cessa d’exister. En effet les tremblements de terre ainsi que l’envasement progressif et inéluctable de son port l’ont conduit à son déclin. Je vous entraine dans les pas de Jules César et Cléopatre qui ont foulé ce lieu merveilleux…

  • La vie dans la cité antique… Imaginez, vous arrivez à Ephèse après un long voyage, la garde vous accueille et on propose de vous laver et de vous restaurer. Les habitants de la ville avaient une peur panique des épidémies si bien que chaque étranger devait passer par les bains afin d’être purifié et accepté par la population.

 

  • L’avenue principale en marbre blanc, desservait les lieux de vie des Ephésiens, tels que les temples, les échoppes des boulangers, bouchers, poissonniers et autres fruitiers. Sans oublier les lieux de joie, les maisons closes. Lors d’une campagne de fouilles de nombreux objets équivoques furent retrouvés partis les ruines. Ils vivaient en démocratie, un lieu était spécialement dédié où ils se réunissaient afin de décider des lois et devoirs de chaque citoyen. Ce théâtre servait également aux distractions comme des représentations de pantomimes ou de pièces de théâtre latines. Mais ce sont dans les latrines que les contrats les plus « juteux » étaient conclus, riches commerçants, notables ou hommes politiques se retrouvaient là et « siégeaient » en négociant tout en buvant de l’hydromel ou du vin pétillant…

 

  • La bibliothèque est érigée au IIème siècle de notre ère en l’honneur du gouverneur Celsius. Elle aurait contenue des milliers d’ouvrages la plaçant au même niveau que la fameuse bibliothèque d’Alexandrie. Elle fut détruite par les Goths ( peuple germanique ) et un tremblement de terre. De nos jours on ne peut qu’admirer la façade de ce magnifique bâtiment. Il faudra huit années de 1970 à 1978 pour la  restaurer et la rebâtir. Elle est ornée de colonnes de marbre, de frises finement sculptées et de niches accueillant quatre statues : Sofia, Ennoia, Episteme et Arete, chacune représentant une qualité que le gouverneur Celsius appréciait : la sagesse, l’intelligence, la science et la vertu. Un chef d’oeuvre antique…

 

IMGP3117

La sublime façade de la bibliothèque

 

 

  • Le Théâtre d’Éphèse pouvait à son apogée accueillir jusqu’à 25000 personnes. Les combats de gladiateurs y furent épiques, on retrouve d’ailleurs dans la nécropole plusieurs tombes de ces guerriers que les romains érigeaient en héros malgré leurs statuts d’esclaves. Cet édifice est très impressionnant.

 

IMGP3171

À l’ombre…Vue sur les vestiges

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Des étoiles pleins les yeux mais fatigués, nous atteignons notre hôtel en fin d’après-midi. Nous nous trouvons à une dizaine de kilomètres de Pamukkalé et le paysage qui nous entoure nous donne un avant goût de ce qui nous attends le lendemain.

L’hôtel est très agréable, nous sommes bien logés, nous profitons avec un grand plaisir d’une superbe piscine et d’une source d’eau chaude provenant directement de la montagne. Nous passons une agréable soirée et après une nuit réparatrice nous sommes impatients de découvrir la fameuse curiosité naturelle appelée aussi « Le Château de Coton », la cité antique Hiérapolis et la fameuse « piscine de Cléopâtre »… Une journée d’émerveillement.

Quelques photos de l’hôtel…

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

  • Pamukkalé.

Nous n’avions jamais rien vu de tel ! Les adjectifs pour décrire cette formation naturelle sont nombreux, stupéfiant, incroyable, sublime, surprenant etc… Puis j’ai cherché à comprendre comment cette chose qui sort de la montagne peut-être de cette blancheur immaculée ? Son nom est tufière,  c’est crée par les eaux chaudes qui s’écoulent du ventre de la montagne. Certaines d’entre elles ont une température de plus de 45 °C, et sont saturées de sels minéraux et de gaz carbonique. C’est le carbonate de calcium contenu dans l’eau, qui se dépose, comme une pâte, sur les flancs de la colline et durcit ensuite lors de l’évaporation de l’eau. Ce phénomène naturel laisse des couches blanches sur la pierre, ce qui donne à la montagne une apparence de château de coton d’ou son nom en Turc Pamukkalé. La planète terre et ses merveilles…

 

  • Hiérapolis la cité des thermes.

Juste derrière la tufière se trouve les ruines de l’ancienne ville d’Hiérapolis. Fondée au II ième siècle av J-C par un des rois de Pergame ( aujourd’hui ville de Bergama en Turquie près Izmir ), la cité se développa grâce à l’exploitation de ses sources thermales. Hiéra était le nom de la femme de Télèphe, fondateur légendaire de Pergame. Cependant, ce sont les Romains qui construisirent le plus grand nombre de bâtiments, la cité fût reconstruite en 60 av J-C après un terrible séisme. La ville était dédiée au dieu Apollon mais ce sont les sources d’eaux chaudes qui firent la renommée de Hériapolis.

 

Au nord du site se trouve l’une des plus grande nécropole du monde, qui compte plus de 1 200 tombes de différentes époques.

 

 

  • Les sources d’eaux chaudes.

Enfin il y a les 17 sources et leurs vertus thermales. Elle sont censées nous rajeunir et guérir de certaines maladies et infections. Nous y avons tous goûté, c’est une sensation étrange que de boire cette eau, chaude, légèrement gazeuse et très salée. La source principale est naturellement chaude à 36° et très pétillante par endroits. Elle a été baptisée « piscine de Cléopâtre » par Marc Antoine fils de Jules César, en l’honneur de cette dernière qui s’y était baignée une fois et aurait fait venir cette eau jusqu’à Rome. L’endroit est très touristique, la piscine est bondée de monde, mais l’eau des canaux qui l’entoure est d’une couleur absolument saisissante.

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Nous voici de retour à Bodrum. Il ne nous reste que quelques jours en Turquie, nous avons des images superbes en tête… Nous souhaitons terminer nos vacances avec une journée sur une Goëlette, ces sublimes embarcations Turques. Embarquement tôt le matin, et c’est parti pour une journée de rêve à bord d’un somptueux bateau.

Les paysages…

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Je finis cet article avec de magnifiques panoramas. La photographie est une passion que je peux enfin partager avec le monde extérieur et pas seulement avec mes amis et ma famille. Ces photos sont le reflet du regard que je porte sur ce qui m’entoure et je suis heureuse de les voir ici et non plus seulement sur des cadres accrochés aux murs de ma maison.

Les voyages que nous faisons, ma petite famille et moi, m’ont grandement appris et je continue à m’émerveiller. Je me remémore les beautés que nous avons vu et j’espère avoir pu, à mon tour, vous avoir fait voyager et pourquoi pas un peu rêver ?

Görüşürüz *

 

* À bientôt

  1 comment for “La Turquie, de Bodrum à Pamukkalé…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :