La Crète… Une île aux multiples facettes.

IMGP4688

La baie de Zakros

 

Il y a le doré de la garrigue, le dégradé marronné des montagnes, le vert des champs d’oliviers et le bleu de la mer… Les senteurs et les couleurs chatoyantes des lauriers en fleurs… Et surtout un peuple accueillant à l’hospitalité légendaire. D’innombrables facettes pour une île portée par l’histoire et les mythes.

 

La Mythologie…

Tout commença avec Zeus, dieu suprême qui y a vu le jour. Minos son fils, roi légendaire enferma le Minotaure dans le fameux labyrinthe, la bête fut terrassée par Thésé aidé d’Ariane et son non moins fameux fil… Enfin c’est en Crète que naquit Icare fils de Dédale, qui lui fabriqua des ailes afin de fuir la colère du roi Minos et qui mourut en se brulant les ailes à voler trop près du soleil…

L’Histoire…

La Crète se situe au coeur de la Méditerranée, comme un carrefour entre Orient et Occident, Afrique et Europe. Tout au long de son histoire, elle fut envahie, pillée, colonisée.

Les Minoens, dont le nom se réfère à la gloire du roi Minos, édifièrent palais et cités, dont les plus célèbres sont Knossos, Malia. C’est ici que les débuts de la civilisation antique grecque sont nés. Mais en l’an 1700 av J-C, ils disparurent suite à l’éruption de Santorin, provocant tremblement de terre et dévastation. Face à ce désastre les Romains, les Arabes, Les Vénitiens, Les Ottomans puis les Turcs et, bien sûr, les Allemands se sont succédés sur les terres crétoises profitant de l’île pour établir leur puissance militaire ou économique en Méditerranée.
Les Crétois sont réputés pour leur résistance et leur fierté. Ils ont durement combattu pour conserver leur identité culturelle, linguistique et religieuse et ceci souvent au prix de leur vie.

Le voyage…

Nous sommes partis au cours de l’été 2015. La famille au grand complet et le petit ami de notre fille ainée en partance avec nous ! Quinze jours, dont une semaine en commun avec notre petit couple, à profiter de cette échappée belle…

Nous n’avions pas « mesuré » la grandeur de l’île. Les routes montagneuses, donc sinueuses, rendent les déplacements très longs. Nous nous sommes donc concentrés sur l’Est de l’île, nous avons  découvert et visité de véritables merveilles.

de Ierapetra à Kritsa et de Agios Nikolaos à Elounda. Nous avons navigué jusqu’à Spinalonga, avons été émus et impressionnés par l’histoire tragique de cet îlot. Nous avons découvert la plage de Vaï et ses milliers de palmiers importés par les pirates. Puis la ville de Sitia et le monastère de Toplou dominant une nature désertique… Notre route nous a conduit aux gorges de la mort de Kato-Zakros et son incroyable baie. Nous avons roulé à la recherche de plages  et de criques sauvages. Et en famille nous avons loué un bateau et passé une journée mémorable en mer, nous avons dégusté des slouvakis délicieux, nous avons jeté l’ancre et plongé dans une eau translucide en étant seuls au monde…

Venez je vous emmène à la découverte de L’est de la Crète…

 

IMGP3946

Ierapetra

IMGP3947

Jolie ville balnéaire

 

Le 20 Juillet 2015, après un vol de 3 heures 30 depuis Paris, nous atterrissons à Heraklion vers 20 heures sous une chaleur étouffante. Il me faut vous raconter une anecdote :

Je suis une « stressée » de l’avion, extrêmement tendue, calée dans mon siège à l’écoute du moindre bruit et de changement de cap !! Bref, imaginez après 11 heures de vol… J’ai des courbatures partout tellement je me contracte. Sur les moyens courriers c’est un peu moins prononcé mais je suis toujours à la limite de l’hystérie quand on atteint la porte de débarquement… Ce qui m’amène à mon anecdote. Tellement pressée de sortir de la boîte de conserve, je me lève et sort rapidement par la porte arrière qui venait de s’ouvrir, mon mari et les enfants me suivent… Arrivée dans la zone de récupération des bagages, je me détends, et après un petit moment de flottement…. Haaaa j’ai oublié ma pochette dans l’avion !!! L’argent liquide, les cartes bancaires, les passeports… Enooorme moment de solitude. Je me précipite vers l’agent de sécurité qui m’explique qu’il m’est impossible de faire marche arrière et qu’il me reste à aller aux objets trouvés. Après de  très longues minutes d’attentes et d’explications, la taille, la couleur, le contenu de la pochette, la personne me tend le précieux sésame… Ouf !! Je n’ose imaginer si une personne mal intentionnée avait dérobé mon sac ??? Le voyage aurait sérieusement mal débuté. Comme quoi il faut toujours regarder derrière soi et garder son sang-froid !

Après un transfert de pratiquement 3 heures, nous arrivons à l’Ostria Beach Resort où nous sommes accueillis par le directeur lui-même. Les bagages sont aussitôt pris en charge et on nous conduit vers nos chambres respectives… Il commence à se faire tard, un dîner nous attend. Une fois restaurés nous partons dans la nuit à la découverte du resort… Un très bel établissement, classé cinq étoiles et qui  les mérite véritablement.

IMGP4450

⇓ Pour plus d’informations sur l’Ostria Beach Resort, cliquez sur le lien ci-dessous ⇓

 

Ostria Beach Resort Crète

 

Voici un diaporama de l’hôtel, de la plage et des alentours…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Après quelques jours passés à buller et à profiter de la plage, nous avons loué une voiture par le biais de l’agence située dans l’hôtel. Pour 5 jours de location dont deux journées avec minibus, il nous en aura couté 350 euros, tarif plus que raisonnable.

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

 

C’est donc en minibus que nous partons tous les six à l’assaut de Kritsa à 30 km de Ierapetra, il faut environ 1 heure de route pour y arriver, en chemin nous découvrons des panoramas exceptionnels et nous nous arrêtons sur le site Minoen de Gournia. Ensuite direction Agios Nikolaos à 11 km de Kritsa. Une superbe journée, entre découverte de ruines Minoennes, des criques enchanteresses et la merveilleuse baie de Mirabello. Magnifique…

 

La Baie de Mirabello et ses criques

 

 

Les ruines Minoennes de Gournia

On peut dater l’existence du peuple Minoen de 2700 à 1200 av J-C. Ils édifièrent de somptueux palais, dont il reste de superbes ruines à Knossos et Malia. Ils construisirent des villes très bien organisées. La vie des Minoens était tournée vers la mer et l’agriculture. Leurs ports étaient habilement protégés dans des criques, rendant les invasions périlleuses. Redoutables marchands et navigateurs, les villes connurent richesses et ouvertures sur le monde. Ils cultivaient déjà les olives pour en faire de l’huile et le raisin pour le vin. Ils échangèrent avec les Egyptiens, Les Hitittes, et bien sur les voisins de Grèce. La civilisation Minoenne est la première à créer l’écriture en ligne, base de notre écriture moderne. Cette société disparait sans aucun doute par la faute de tremblements de terre et surtout à cause des répercutions de l’éruption du volcan de Santorin qui a finalisé la chute de cette remarquable civilisation.

 

 

Le beau village de Kritsa

 

 

Agios Nikolaos

 

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

 

En ce deuxième jour de visite nous prenons la route vers Elounda à environ 50 km de Ierapetra, un très beau village de pêcheurs. Puis nous allons visiter l’île de Spinalonga à seulement 15 minutes en bateau du port. En ce qui concerne Kalydon ( son autre nom ) j’ai découvert son histoire par la lecture du livre de Victoria Hislop « L’Île des Oubliés ». Cette auteure anglaise écrit surtout sur la Grèce et ses îles. D’une écriture fluide et intense, dans ce livre elle raconte l’histoire de la Crète au début du XX ième siècle et surtout, elle narre le quotidien de malades atteint de la lèpre qui sévissait en  Grèce. Ce livre, que je vous recommande, a marqué mon esprit et il était donc évident de se rendre sur cet îlot, ne fut ce que par hommage pour ces femmes, ces enfants et ces hommes, qui vécurent comme des parias. Émouvant…

 

Elounda

 

Spinalonga

Les cas de lèpre étaient fort nombreux au début du XX siècle, pour se « débarrasser » du problème sanitaire, le gouvernement fit rouvrir en 1904 un vieux fort construit sur un îlot au large d’Elounda et de Plaka, y transféra dans le plus grand dénuement et avec honte des centaines de malades. Spinalonga… Bout de terre aride et dénudé. Les Vénitiens y construire un fort en 1579 afin de protéger Elounda des invasions Turques. Il était encore habité par une colonie Crèto-Turque lorsque la décision fut prise d’y placer par force les lépreux. Aucun remède n’était connu, ils étaient rejetés de partout y compris de leurs familles, des maudits. La vie y était si dramatique que beaucoup y moururent de faim et de malnutrition jusqu’à l’arrivée de Epaminondas Remoundakis lui-même lépreux, qui organisa avec ses malheureux concitoyens la vie sur l’île en rénovant les maisons, créant des potagers, une boulangerie, une école, une épicerie… L’îlot ferma ses portes en 1957 et malgré la découverte d’un traitement beaucoup d’anciens malades ne retrouvèrent pas leur place dans la société… Ils sont restés les lépreux de Spinalonga.

 

 

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Une journée à bord de l’Apollon

Mon mari nous a fait une très belle surprise. Il a loué un bateau rien que pour nous six. Nous embarquons en début de matinée de Ierapetra et partons explorer la côte et ses criques désertes. Un bateau « vintage », âgé d’au moins 30 ans, mais très bien entretenu. Le capitaine et sa femme nous ont accueilli avec chaleur et gentillesse. Ils nous ont préparé des slouvakis au barbecue pour le déjeuner, des salades grecques et des fruits frais à disposition toute la journée… Nous avons jeté l’ancre dans des criques protégées du vent, plongé dans une mer translucide et nous avons nagé jusqu’aux plages désertes. Un souvenir mémorable…

 

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Après le départ de notre fille ainée et de son petit ami, c’est à quatre que nous continuons nos visites. À bord du très sympa 4×4 décapotable, cheveux au vent, nous partons découvrir Sitia et le Monastère de Toplou. Cet édifice religieux édifié au XV ième siècle, a traversé les âges et des générations de moines ont eu une seule motivation, la protection de leur île et du peuple. En effet, ils ont caché et protégé les résistants contre l’envahisseur Turque, Les pirates, et les Allemands lors de la seconde guerre mondiale.  Pour finir cette journée, direction la plage de Vaï et ses palmiers par milliers. Sublime…

 

Sitia et le panorama vers le Monastère de Toplou

 

 

 

Le monastère de Toplou

 

 

 

La plage de Vaï

Des Palmiers par milliers… Les pirates jetant l’ancre dans la baie seraient responsables de la germination de ces arbres, en effet ils ramenaient dans leurs poches des graines et la douceur du climat a fait le reste ! Les Caraïbes en Crète…

 

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Pour cette avant dernière journée d’exploration, nous partons de bon matin à la recherche de criques et de plages… Nous avons empruntés des chemins sinueux et caillouteux, fait la rencontre de troupeaux de chèvres sur la route et nous avons déniché de véritables petits coins de paradis. Enchanteur…

 

Des plages et des criques presque désertes…

 

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Dernière journée de visite. Nous prenons la voiture et nous nous aventurons à travers les monts Crètois. Découvrir la grandiose et l’impressionnante piste des gorges de la mort pour enfin arriver au « bout du monde » à Kato-Zakros. Se perdre aussi ! Il faut croire qu’à chaque voyage on s’égare au moins une fois !! Là c’est en cherchant Zakros que nous avons perdu la boussole… Pendant plus de deux heures, nous cherchions désespérément un panneau nous l’indiquant ! Et nous avons par mégarde pris la piste au lieu de la route.  La jolie leçon de cette histoire c’est que parfois il faut se perdre pour découvrir des paysages absolument fabuleux que nous n’aurions sans doute pas vus si nous étions restés sur le droit chemin. Etourdissant…

 

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Nous avons passé un séjour sensationnel et après quinze jours il est temps pour nous de partir… Tout en faisant nos bagages nous nous promettons de revenir un jour. Il nous reste tant à découvrir. Nous n’avons pas eu le temps de découvrir Heraklion et son site archéologique de Knossos ou encore Malia et les ruines du palais antique… Que dire de Rethymnon ou La Canée et la sublime baie de Elafonissi… Ce sera pour un prochain voyage ! La Crète est une île merveilleuse, elle semble bénie par les dieux et nous avons gardé une petite part de cette grâce en notre mémoire.

 

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :